•  LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES

    A TRAVERS UN TRAVAIL AXE SUR LES PROJETS

    PROJET ERASMUS K2 : LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES A TRAVERS UN TRAVAIL AXE SUR LES PROJETS

     

    Les projets Erasmus sont des partenariats entre  pays européens qui visent à développer la coopération et l’innovation pour les jeunes mais aussi pour les adultes dans le cadre de la formation tout au long de la vie.  

    On entend souvent parler des projets Erasmus pour les étudiants en cycle universitaire mais ils existent aussi pour les écoles primaires et les établissements de l’enseignement secondaire. A l’école Paul Ricoeur, nous avions déjà participé à un projet européen Comenius entre 2009 et 2011 sur le thème de l’éco-citoyenneté  en partenariat avec de écoles d'Angleterre, d'Italie, de Chypre et de Pologne et cette expérience avait été très riche tant pour les élèves que pour les enseignants.

    Notre école  depuis Septembre 2017 s'est engagée pour deux ans dans un projet européen ERASMUS+ K2. Il s’agit spécifiquement d’un projet de Coopération dans le domaine de l’innovation et  de l’échange de bonnes pratiques.

    Le titre officiel de ce partenariat est :

    Le développement des compétences à travers un travail axé sur les projets.

    Ce qui signifie : Développer des projets pour donner du sens aux apprentissages, dynamiser la motivation des élèves et faciliter l’acquisition des compétences.

    De manière plus simple et accessible, nous l’avons appelé :

    Des projets pour apprendre ensemble  

    Dans le contexte de ce projet, les enseignants de six pays européens (Bulgarie, France, Espagne, Italie, Lituanie et Portugal) sont appelés à mutualiser leurs méthodes pédagogiques pour faire évoluer leurs pratiques et en faire bénéficier les élèves. La langue de communication est le Français.

    Les six écoles travaillent autour de projets communs et échangent le fruit de leur travail. Chaque pays participant reçoit  ses partenaires une fois au cours des deux ans lors d'une mobilité de formation. Les professeurs découvrent les classes des écoles partenaires, observent les méthodes pédagogiques in situ, assistent à des conférences données par différents membres des équipes pédagogiques, participent à des tables rondes d'échanges et de réflexion.  En outre, les coordinateurs de chaque école se rassemblent plusieurs fois lors de réunions transnationales pour faire le point sur l'avancée du projet. Pour notre école, la coordinatrice de ce projet Erasmus+ est Madame Nathalie Pavlovic.

    Grâce à ce blog, vous pourrez suivre en détail l'évolution du projet.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    • CP a

     

    Affiche de la tradition

     

    Nous avons choisi la Tradition de la Chandeleur qui a eu lieu en Février.

    Nous nous sommes interrogés sur pourquoi nous mangions des crêpes lors de cette fête. 

    A l'époque des Romains, il s'agissait d'une fête en l'honneur du dieu Pan. Toute la nuit, les croyants parcouraient les rues de Rome en agitant des flambeaux. En 472, le pape en fait une fête religieuse, qui deviendra la célébration de la présentation de Jésus au temple. On organise alors des processions aux chandelles le jour de la Chandeleur, selon une technique précise :  chaque croyant doit récupérer un cierge à l'église et le ramener chez lui en faisant bien attention à le garder allumé !

    Cette tradition se rapporte à un mythe lointain selon lequel si on ne faisait pas de crêpes le jour de la chandeleur, le blé serait carié pour l'année. 

    On dit d'ailleurs :

     

    Si point ne veut de blé charbonneux, 

    Mange des crêpes à la Chandeleur.

     

    D'ailleurs, en faisant les crêpes, il faut respecter une autre coutume, celle de la pièce d'or. Les paysans faisaient sauter la première crêpe avec la main droite tout en tenant une pièce d'or dans la main gauche. Ensuite, la pièce d'or était enroulée dans la crêpe avant d'être portée en procession par toute la famille jusque dans la chambre où on la déposait en haut de l'armoire jusqu'à l'année suivante. On récupérait alors les débris de la crêpe de l'an passé pour donner la pièce d'or au premier pauvre venu.

     

    Si tous ces rites étaient respectés, la famille était assurée d'avoir de l'argent toute l'année. 

     

    • CM1 b

    Travail autour du proverbe de la chandeleur et recherches documentaires

     


    votre commentaire